Mon héros du jour

Publié le par Marie LC

Mon héros du jour
Je ne suis pas bégueule et une bonne blague de vestiaire ne m'effraie pas, voire même ça peut me faire rire. Et jusqu'à il y a quelques mois, j'étais assez imperméable au concept de féminisme, d'égalité des sexes, y préférant la recherche de l'équité entre hommes et femmes mais également entre personnes du même sexe.
Évidemment, je ne suis pas naïve et je sais très bien que les hommes qui passent avant ou après moi sur le même poste sont presque toujours mieux payé de 10 à 15%, que dans une assemblée si tu t'agaces ou pousses un coup de gueule il y a de très fortes chances pour qu'un connard dise tout haut que tu es hystérique ou incapable de contrôler tes nerfs.
Je sais très bien que sortir une bordée de jurons quand on est une femme, c'est l'assurance de se voir classée dans la catégorie des « filles vulgaires ». J'ai parfaitement compris que la féminité pour une majorité d'hommes ça passe par le maquillage, le brushing, le make-up, les bas... etc. Et beaucoup moins par les neurones.
Oui, je sais que les phallocrates et les misogynes sont légions, partout, à tous les niveaux de la société, du monde du travail et dans la vie privée. Je sais ça depuis que je suis une petite fille, même si j'ai grandit dans un univers d'hommes féministes amoureux des femmes et machos quand même parfois.
Et puis, le vent à tourné pour moi et m'a révélé que finalement, le sexisme que j’apercevais seulement de temps en temps est devenu franchement prégnant quotidiennement. Comme si notre société en plus d'être limite exsangue et ultra violente, devait en plus opposer les femmes aux hommes.
Blagues sexistes, remarques déplacées, actes condamnables... se sont mit à fleurir autour de moi. Est-ce que tout à coup j'y étais plus sensible ? Possible. Est-ce l'émergence des mouvements comme les Femen et les Antigones, les combats résolument affichés de mes ami(e)s pour le féminisme m'ont sensibilisé ? Possible.
J'ai d'abord râlé, je me suis ensuite fâchée allant jusqu'au clash violent parfois et finalement j'étais sur le point d'abandonner la partie. Et puis aujourd'hui, un type a bâché un autre qui partait dans un délire bien sexiste et grossier avec un simple « Tais toi, maintenant, ça suffit ! ».
Simple, efficace, propre et net.
Et voilà, aujourd'hui, cet homme dans la cinquantaine, profondément gentil et respectueux ne le sait pas, mais il est mon héros du jour. Merci.

Publié dans Ecriture, Bordel

Commenter cet article

Val 15/10/2013 22:12

"Tais toi, ça suffit". Ça a quand même vachement plus de prestige que "ferme ta gueule pedzouille". Comme quoi l'héroïsme, ça tient à pas grand chose finalement :)

Marie 15/10/2013 23:22

Juste... classe. :)