Partir & rester

Publié le par Marie LC

Partir & rester
Je dois probablement être à la moitié de ma vie, ou pas loin. Et pour la première moitié, j'ai presque toujours été celle qui part en premier. Au boulot, en amour, en général... Il faut pas être psy pour savoir que sans doute que je m'ennuie vite au bureau, sans doute que c'est un peu semblable en amour avec en plus un gimmick en tête du genre, « part ça t'évitera qu'il te quitte/t'abandonne ». Genre tu es persuadé que c'est un bon argument qui te permet de rester en suspension comme un funambule.
Et puis au milieu du gué, voilà que la tendance s'inverse. Au boulot je vois les gens partir et j'avoue que si parfois, je m'en fiche, des fois je trouve ça rude. Et ça me fait penser à mes chouettes collègues que j'ai quitté au fil des années. Bien sûr, je continue toujours à voir les plus attachants, et du bureau nous avons définitivement migré vers une solide amitié, et ça, ça n'a pas de prix.
N'empêche j'expérimente le fait de me retrouver sur un quai de gare et d'attendre le train qui emmènera l'un de mes sparing partner vers de nouvelles aventures. C'est une sensation étrange. Je flippe à l'idée que le autres suivent.
Ca me mène aussi à me poser une question que professionnellement je ne m'étais finalement pas réellement posée sérieusement : de quoi ai-je réellement envie ? Quels sont mes fondamentaux ? J'ai un début de réponse. Si quelqu'un veut financer un bouquin que je pourrais écrire en parcourant le monde, vous gênez pas !
En amour, aussi la tendance s'inverse. L'autre jour j'ai avoué à mon amie d'enfance que c'était sans doute une forme de « punition divine » pour avoir été une vraie salope quand j'étais plus jeune.
« Oui, ben t'inquiète pas trop poulette, ils savaient à quoi s'attendre » m'a t-elle répondu en riant et en terminant d'essuyer la vaisselle. C'est ça les amies, elles prennent ton parti quoiqu'il advienne et effacent en quelques mots le nuage au dessus de ta tête.
Mais est-ce que ça veut aussi dire que les hommes préfèrent une garce et s'ennuie avec une fille devenue gentille ? Dans ce cas, va falloir que là aussi je revois mes fondamentaux.
En tout cas, un truc qui reste constant c'est l'amitié. Ce délicat et complexe lien qui nous lie et qu'il faut chérir. Finalement, l'amitié peut traverser les décennies, résister à des milliers de kilomètres de distance, et à des mois sans se voir. Du coup, partir ou rester n'a pas vraiment d'importance.
Allez pour une fois, je vous livre une citation qui m'accompagne depuis quelques mois : Que la vie est un casse du siècle, un putain de piment rouge. Ouais, Fauve, c'est carrément ça et là j'aiguise mes couteaux pour être prête.

Publié dans 2015, lesMots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article