Un simple pot de confiture

Publié le par Marie LC

Un simple pot de confiture
Je ne vous ai jamais parlé des confitures d'A. Chaque année, quelques pots migrent jusqu'à chez moi. Et pendant plusieurs matins (soirs, après-midi, voire nuits - je sais, c'est mal le sucre la nuit) j'ai ce petit plaisir double.
Il démarre par le ravissement de la calligraphie enfantine sur certains pots. Prunes et framboises associés aux chiffres de l'année, écrit d'une petite main joyeuse et encore mal assurée. C'est dingue mais ça vrille mon cœur à chaque fois.
Puis le plaisir se poursuit au plongeon de la cuillère dans la gourmandise sucrée. Et s'achève au frétillement de mes papilles.
J'y associe systématiquement des images du jardin où les fruits ont poussés, je devine les rires pendant la cueillette, et je peux presque sentir le parfum des fruits cuisant dans la grande cuisine. Je vois les sacs de sucre sur le comptoir, J'entends quasiment les rires, le tourbillon des enfants impatientes de goûter. J'entends le frémissement des fruits. Je revois le moment où les pots sont passés des mains, toujours en mouvement, d'A aux miennes.
Ce simple pot me lie à ma terre. En quelques arômes, c'est toute la Bretagne qui vient à moi. Exhalant les météos changeantes, l'odeur du sol, les couleurs hallucinantes et contrastées, la joie, le partage, la gourmandise...
Mais plus important, les confitures d'A me lient à ma famille. Avec tout ce qu'elle a de plus précieux pour moi, ce sentiment d'amour inconditionnel et indestructible.

Publié dans 2015, Amour, lesMots

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article