Nouvelle ère

Publié le par Marie LC

Nouvelle ère

Cette année aura été violente, bouleversée, pleine d'incertitudes. Les derniers jours sont venus confirmer que nous passons dans une nouvelle ère.

Après Charlie Hebdo, on se disait qu'on allait réagir, lutter, etc... Genre on était des rebelles et on allait pas se laisser faire. Mais pour l'immense majorité d'entre nous, on a juste laissé la vie reprendre son cours. Le boulot, la course à l'échalote... Bien sûr, on était peut-être plus attentifs... Et encore. Et puis, le Bataclan.... Les barbares sont revenus... Etat d'urgence... La guerre en pleine gueule.

Les économies sont chamboulées, Bruxelles est en stand bye, Paris respire mais moins bien. Et demain ?

Je me dis depuis des semaines qu'il faut que je me concentre sur ce qui est essentiel. Que je trouve le temps, l'énergie, le courage de faire ce qui compte vraiment. De passer du temps avec ceux qui comptent réellement et aux yeux de qui je compte. Pas la peine de s'emmerder avec le futile, le creux, l'hypocrite... Pas la peine de perdre son temps à convaincre qui n'a pas envie de l'être. Pas la peine de s'épuiser en vain.

Mais une chose est sûre.
On s'en fout des kilomètres, des courses pas faites, du linge qui s'entasse, des emplois du temps alibi chargés pour mieux nous éviter de faire ce qui nous rend fort. On s'en fout que ce soit pas conforme à ce que l'on attend de vous, pas conforme à l'image d’Épinal... On s'en fout que ce soit compliqué, on s'en fout de pas avoir le courage, que ce soit émotionnellement en dehors de notre zone de confort. De toute façon, le monde d'aujourd'hui et de demain n'est plus une zone de confort... Non ?

J'ai écrit le premier chapitre de La pâtisserie en mai 2014 et l'ai publié le 1er juin 2014. Je l'ai écrit à la suite d'un rêve. Du genre qui vous laisse une empreinte sur la rétine et vous hante toute la journée. Comme quoi...
Je n'ai pas été très assidue sur le blog depuis quelques semaines et pour tout dire, j'avais besoin de faire le point et j'avais pas très envie d'écrire. Pour être franche, j'avais même pas grand chose à dire. C'est comme ça des fois, parler ça sert plus à rien. Les actes, c'est mieux. Alors, je crois que je vais reprendre ce début de roman et l'écrire complètement. Ca va me prendre un peu de temps. Du temps que je n'ai pas vraiment. Pourtant, je sens l'urgence de faire des choses essentielles. Oui, retourner à l'essentiel.

Publié dans lesMots, Bordel, Ecriture, 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Pitoune 25/11/2015 20:54

Lafayette revient...
Pour le coup si heureuse de te lire...
Et ce roman, essentiel, une promesse, de toi, promet. Merci du scoop!

Pitoune 25/11/2015 22:46

Oh ben oui, la patience, la patience, t'as pas écrit un beau billet sur les merveilles de l'attente?
De toute façon t'as pas beaucoup de temps libre et s'aérer c'est bien aussi.
Ne pas t'enfermer dans l'écriture, on a l'temps, ce roman on l'attendra deux fois quatre saisons s'il le faut.

Marie 25/11/2015 21:04

coucou! merci ...alors, il va falloir être patient hein !? ;)