En dedans

Publié le par Marie LC

 A lire : Manuel d'exil. Velibor Colic. Editions Gallimard.

A lire : Manuel d'exil. Velibor Colic. Editions Gallimard.

Octobre 1992. Je suis arrivée à Rennes comme des milliers de jeunes bacheliers. Migration universitaire. Etrangère à la ville. Je suis perdue dans les amphis trop grands et bondés. J'ai échouée en première année de psycho, par le hasard d'une erreur d'inscription. La ville ne m'adopte pas. Je me réfugie de longues heures à la librairie et je vide le rayon de littérature anglo-saxonne. En 3 semaines, j'ai lu tout les ouvrages d' Irving, d'Harrisson et de Lodge. Ils seront mes compagnons préférés pendant des années et toujours aujourd'hui.
Je rêve de corbeaux. Une nuit l'un d'entre eux me montre l'image de son visage et du sang coule de ses oreilles. Le téléphone sonne au petit matin abrégeant mon rêve. Son cerveau se meurt. Je lui lirais ses derniers vers de Boris Vian le jour de mes 20 ans.
Le choc a fait pousser droit sur mon front mon premier cheveu blanc. Les semaines passent et je suis de plus en plus en lévitation au dessus de ma vie. Lointaine et perdue.
J'ai lu les premières pages du dernier roman de Vélibor Colic et le récit de son arrivée à Rennes quelques semaines plus tôt avant moi à l'été 1992. Un choc. Comme un retour dans la ville des années plus tôt. Je pouvais presque sentir l'odeur de la pluie tombant sur ses épaules.
Évidement son parcours et le mien n'ont rien de comparables. Nos errances n'avaient pas les mêmes racines. Etre en exile de soi-même peut avoir de multiples origines.

Publié dans 2016, lesMots, Bretagne, Gallimard

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article