Dimanche matin

Publié le par Marie LC

Le calme d'un dimanche matin. Telle une vigie, elle est perchée derrière moi, sur le dossier du canapé. A droite une vue sur la rue, à gauche une vue sur le jardin. Le jardin, les tourterelles qui font encore leur nid dans la haie, les autres chats du quartier qui ont l'impudence de passer sur son territoire. Le nez dans son pelage, je la respire. Elle sent l'herbe coupée dans laquelle elle s'est roulée plus tôt. J'écoute le léger ronronnement qui vibre dans sa gorge. Je me dis qu'une vie de chat ça doit être plutôt serein. Pas de question existentielle, pas de pression sociale, pas de question matérielle, pas de question sur demain. Les chats font ils une crise de la quarantaine ? Se mettent-ils le cerveau à l'envers à trop réfléchir à ce que la prochaine décennie leur réserve ? Non.

Je voudrai être un chat. Dormir blottie contre mon humain, lui miauler dessus, jouer avec le moindre truc qui bouge. Me rouler dans l'herbe. Et ne penser à rien.

Dimanche matin
Dimanche matin
Dimanche matin
Dimanche matin
Dimanche matin
Dimanche matin
Dimanche matin

Publié dans Ecriture

Commenter cet article

Quidu 22/04/2013 08:58

Suite de l'autre message...Pas de problème existentiels...

marie 23/04/2013 10:52

tu vois! tout l'avantage de la condition animale... :)

Quidu 22/04/2013 08:56

J'ai deux chats blancs frère et sœur, ils ne le savent pas et sont incestueux...ils ont pris ma maison pour leur niche et laissent des poils partout...ils ont, en plus de moi, trois colocs chiens à peine plus grands...ce sont des chasseurs, des lutteurs, des dormeurs..apparemment ils n'ont pas de problème